La formation professionnelle des femmes au cœur d’un mémorandum d’entente entre le secrétariat d’Etat chargé de la pêche maritime et la fondation Femmes pour l’Afrique

Pêche
Typography

Le secrétariat d’État chargé de la Pêche maritime et la Fondation Femmes pour l’Afrique (Mujeres por Africa) ont signé, mardi à Rabat, un mémorandum d’entente relatif à un partenariat de formation des femmes dans le domaine de la pêche maritime.

 

Signé par la secrétaire d’État chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaïda, et la présidente de la Fondation Femmes pour l’Afrique, Maria Teresa Fernández de la Vega, en présence de l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Ricardo Diez-Hochleitner, ce mémorandum a pour objectif d’asseoir une coopération entre les deux parties en matière d’encadrement et de formation des femmes dans le secteur de la pêche maritime.

Dans une déclaration à la MAP à l’issue de cette cérémonie, Mme Bouaïda a indiqué que cette coopération vise à «accompagner les femmes afin de créer des emplois et améliorer leurs conditions de vie», soulignant l’importance de ce partenariat, «au vu de l’expérience de cette Fondation internationale, mais aussi au regard des engagements personnels et institutionnels de sa présidente et de toutes les parties prenantes, qui œuvrent à rehausser les opportunités des femmes dans l’emploi», a-t-elle dit.

«C’est un grand jour pour la Fondation Femmes pour l’Afrique, car nous venons de signer un important accord de collaboration pour mettre en œuvre tout ce qui concerne la formation et l’autonomisation des femmes dans ce secteur important», a affirmé, de son côté, Maria Teresa Fernández de la Vega.

Elle a, par ailleurs, remercié la secrétaire d’État chargée de la Pêche maritime pour sa «bonne volonté», son soutien et «le bon travail» accompli, se disant «sûre que ce travail profitera, aidera et soutiendra le développement de femmes bénéficiaires».

Les programmes de formation seront assurés à bord du navire de formation Intermares, propriété du Secrétariat général espagnol de la pêche, qui devra accoster au port de Nador plusieurs semaines durant l’été 2019, précise un communiqué du secrétariat d’Etat chargé de la pêche maritime.

Recevez notre newsletter