900x170 Corridors

Y.C.M . Tempête : L’insécurité notoire et persistante des installations de la Marina aurait pu conduire à une véritable catastrophe !

Pilonne de pontons

Sécurité Maritime
Typography

La récente tempête de ce premier weekend de l’année a au moins réussi  à démontrer la parfaite incompétence  et l’irresponsabilité  des membres actuels  du comité directeur du club  Y.C.M.Ce n’est pas les propos du secrétaire général Mr M.R, seul sur les lieux, qui osait affirmer que les dégâts causés aux pontons  et à des bateaux étaient dus au passage du mini-tsunami sur les cotes Marocaines (en fait et bien heureusement  jamais passé !) qui évitera à certains membres propriétaires de bateaux  de grandes valeur de se poser les vraies questions sur l’origine de ces graves événements.

 

D’après les plaisanciers et certains membres présents lors des coups de vent durant la nuit, la réelle origine de ces incidents qui auraient pu être catastrophiques, est l’absence d’amarrages sérieux qu’auraient du faire les responsables, dés l’alerte météo annoncée  le vendredi, pour de forts coups de vent.

Contrairement au laisser aller des dirigeants et particulièrement durant cette dernière année, ce même type de coups de vent n’avait pas entrainé il y a 3 ans auparavant de dégâts; les mesures adéquates, pour bien amarrer les bateaux ,avaient été prises au bon moment .

Une absence volontaire de recourir à un cabinet d’étude.

Une autre cause de ces dégâts est la volonté de l’ancien Trésorier, il y aura  bientôt 3 ans, de privilégier de lourds investissement dans un  deuxième restaurant « d’été » (activité lucrative non permise dans une association) au détriment d’investissements conséquents  en matière de sécurisation des installations ; ce qui  a conduit au refus de recourir  à un cabinet d’étude permettant d’évaluer les résistances  et forces dues à l’accumulation de gros bateaux de plus en plus nombreux s’attachant à des pieux  de plus insuffisants et rafistolés chaque année . 

 Le recours aux services d’un cabinet d’étude spécialisé, n’a pu ainsi pas être décidé : ce qui au vue de l’état des pontons aurait du s’imposer pour déterminer la configuration des installations aptes à supporter l’évolution de l’importance de la marina et du vieillissement de ses équipements.                                                                                                      

On peut considérer que ce genre d’incidents prévisibles aurait pu entrainer le désamarrage complet des bateaux , qui se seraient ainsi retrouvés  dérivant et donc dans la capacité de percuter d’autre bâtiments en  provoquer de gravissimes accidents sur les installations sensibles du port .

  Pour la sécurité du port, voir de la ville de Mohammedia, on peut déjà se poser les 3 questions suivantes :

1° Comment l’A.N.P pourrait  elle encore confier à l’équipe d’irresponsables présente actuellement aux manettes du club, l’application des mesures d’hyper sécurité absolument nécessaires dans un port aussi sensible qu’est celui de Mohammédia ?

2° Pourquoi l’ancienne Présidente (ou son mari l’ex- Président), retraités tous deux et présents à Mohammedia ce samedi matin, n’ont même pas pris encore une foi, la peine de se rendre à la Marina pour rencontrer et réconforter les propriétaires des bateaux et des touristes de passage présents et très affectés par ces incidents ?

3° Devrons nous attendre encore une nouvelle tempête ou de nouveaux faits d’insécurité (grue de mise à l’eau des bateaux) entrainant de plus graves dégâts à la collectivité publique , pour que les différents responsables concernés de l’A.N.P  et/ou de la Préfecture , puissent enfin réagir en sanctionnant  comme il se devrait, les « responsables » incompétents  et  hélas encore présents ?

Des décisions risquées prises pour faire entrer de nouveaux bateaux de plus en plus gros.  

Le vice président Mr M.R a pris des décisions irresponsables , sans réelles consultation du comité (absence de réunion  de tous ses membres ) en acceptant de faire rentrer des bateaux supplémentaires de plus en plus gros  et ce, sans se soucier des risques qu’il fait prendre à l’ensemble des anciens bateaux  amarrés à des pontons déjà bricolés et très surchargés : risques d’arrachage complet  des pontons ,d’incendie ou d’explosion en cas de collision, etc.                                                                           

Malgré les nombreuses alertes à l’insécurité souvent dénoncées auprès de la Présidence  depuis ces 3 dernières années par certains membres (sous couvert d’anonymat de peur de représailles de la part de la Présidente !), rien n’a changé et il y a toujours plus d’incompétence dans la gouvernance de ce club : sa gestion financière, administrative, juridique, etc.

Une dernière question pourrait encore se poser : la photo (ci-dessus) de cette passerelle aboutissant directement dans l’eau, ne serait elle pas annonciatrice d’un futur naufrage d’un petit Titanic que pourrait être le Yacht Club du Maroc de Mohammedia ?(Voir notre dernier article du  28/12/217 .

Il reste plus qu’à  espérer qu’un changement radical dans la gouvernance de cette association, puisse  enfin se réaliser avec l’arrivée d’une nouvelle génération de responsables ;  pour cela , des mesures efficaces devront être prises comme cela commence à se faire avec bonheur, dans  de nombreuses administrations du  Royaume.  

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir