Le Maroc, pilier central d'un futur partenariat UE-Afrique-Méditerranée

Science
Typography

Dans un de ses rapports, le think tank marocain Policy Center for the New South appelle à un nouveau partenariat euro-méditerranéen-africain dans lequel le Maroc jouerait un rôle central dans le corridor atlantique. Explications.

Grâce à son positionnement et à ses différents atouts économiques, le Maroc devrait jouer un rôle central dans un futur partenariat UE-Afrique-Méditerranée, rapporte Aujourd'hui le Maroc qui, dans son édition du 13 septembre, fait référence au rapport intitulé.

"Le corridor atlantique dans le cadre d'un partenariat UE-Afrique-Méditerranée" du Policy Center for the New South. En effet, les auteurs, Tayeb Chazi, économiste, et Fathallah Oualalou, ancien ministre de l'économie et des finances, appellent à un nouveau partenariat euro-méditerranéen-africain.

"Le renouvellement du partenariat euro-méditerranéen-africain doit s'inscrire dans une logique de codéveloppement et de coproduction, car les questions de la jeunesse et de la société civile, de l'emploi, de l'intégration et de la transformation économique, concernent autant les uns que les autres", expliquent-ils. Pour eux, le Maroc jouerait un rôle central dans le corridor atlantique dans le cadre de ce nouveau pacte.

Dans ce sens, ces experts soulignent le positionnement entrepris par le pays "à travers ses efforts considérables dans le développement simultané des infrastructures de transport et de la base industrielle du Maroc", citant notamment le hub logistique mondial Tanger Med qui joue un rôle clé dans les échanges commerciaux.

Dans leur argumentaire, ils expliquent également qu'"avec l'installation d'industriels le long de cette nouvelle composante du système ferroviaire (ligne Al Boraq), le Maroc a déjà commencé à s'imposer comme un vecteur de transport terrestre d'une chaîne industrielle Afrique-Europe".

Pour les deux auteurs, deux projets prometteurs vont suivre cet élan. Le premier, la liaison ferroviaire à grande vitesse Tanger-Lagouira, offrira un corridor de transport commercial à grande vitesse entre les rives de la Méditerranée occidentale et la frontière ouest-africaine. Le second : le port de Dakhla Atlantique, offrira un corridor axé sur les infrastructures de transport et la base industrielle.