Mohamed Abdeljalil, de Marsa Maroc, aux commandes du ministère des transports et de la logistique

Science
Typography

Nommé ce jeudi 7 octobre 2021, ministre des Transports et de la Logistique par le Roi Mohammed VI, Mohamed Abdeljalil, jusqu’ici président du directoire de Marsa Maroc, arrive à la tête d’un département qu’il connaît parfaitement.

C’est en connaisseur du secteur et doté d’une longue expérience, que Mohamed Abdeljalil prend la tête du département du Transport et de la Logistique du gouvernement formé par Aziz Akhannouch.

Mohamed Abdeljalil obtient son bac C en 1985 au lycée Lyautey. Après avoir fait ses classes préparatoires à Paris, il est admis à l’Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC), dont il est lauréat en 1991. Il décroche également un MBA décerné conjointement par l'ENPC et l'école Hassania des travaux publics.

Il commence sa carrière professionnelle en 1992 au cabinet Arthur Andersen à Paris qui le recrute comme auditeur. En 1993, il rejoint la société Bymaro, filiale de Bouygues au Maroc, où il occupe successivement des fonctions opérationnelles, puis le poste de directeur commercial.

En 2013, un virage important dans sa carrière se produit, puisqu’il quitte le secteur privé pour rejoindre les rangs de l’administration marocaine. En effet, Karim Ghellab, alors ministre des Transports, istiqlalien, lui propose le poste de directeur des programmes et des études dans ce département.

Mohamed Abdeljalil y conduit d’importants chantiers, comme le désenclavement des zones isolées, la création de la caisse de financement routière et la libéralisation du transport aérien.

Deux ans plus tard, en 2005, Mohamed Abdeljalil est nommé directeur général de l’Office d’exploitation des ports (ODEP), rebaptisé en 2006 Marsa Maroc (Société d’exploitation des ports) dans le cadre de la grande réforme portuaire. Il en devient le président du directoire à partir d’avril 2007. Poste qu’il ne quittera plus jusqu’à aujourd’hui.

A la tête de Marsa Maroc, il modernise la société et contribue à son développement, avant de chapeauter son introduction en bourse, en 2016 pour 1,9 milliard de dirhams, marquant une nouvelle étape cruciale dans le développement de l'opérateur portuaire.