Le gouvernement projette de créer ''un conseil maritime'' en vue de promouvoir les secteurs liés à la mer (Aziz Rabbah)

Marine Marchande
Typography

Rabat, 04 juin 2014 (MAP) - Le ministre de l'Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah a indiqué, mercredi à Rabat, que le gouvernement projette de créer ''un conseil maritime'', objet de négociations actuellement, en vue de promouvoir les secteurs liés à la mer.

 

 Intervenant lors de la réunion de la commission des infrastructures, de l'énergie, des mines et de l'environnement à la chambre des Représentants consacrée à l'examen de ''la politique suivie par la société Marsa Maroc et la direction de la navigation commerciale'', M. Rabbah a précisé que le conseil maritime sera composé de plusieurs intervenants, notamment les secteurs de la pêche maritime, de l'environnement, de l'énergie, la Marine Royale.

La stratégie du ministère de l'Equipement, du Transport et de la Logistique relative au domaine maritime comprend plusieurs réformes législatives, d'autant plus que certaines législations sont vétustes, a souligné le ministre, ajoutant que les processus de réforme englobent les aspects institutionnels, les infrastructures (les ports) qui bénéficient d'investissements considérables : près de 60 milliards de dirhams à l'horizon 2030, le transport maritime, les ressources humaines, le partenariat entre les secteurs public et privé.

 M. Rabbah a, aussi, annoncé que son ministère va créer ''une maison des services (Dar Al Khadamat)'' aux différents ports, regroupant différentes directions, ayant pour mission l'amélioration de la qualité des services offerts dans ce domaine.

Dans sa réponse aux questions posées par les députés de la majorité et de l'opposition sur la situation financière de la société Marsa Maroc, le président du conseil d'administration de la société Marsa Maroc, Mohamed Abdeljalil a affirmé, pour sa part, que la situation financière de la société est ''bonne'', faisant remarquer que le chiffre d'affaire reflète cette situation ainsi que le bilan de la société qui est soumise au contrôle du ministère de l'Economie et des Finances, du conseil de surveillance de la société présidé par M. Rabbah.

Il a assuré que la société Marsa Maroc n'a pratiquement pas contracté de dettes hormis une dette d'un montant de près de 200 millions de dirhams pour financer l'acquisition de deux navires remorqueurs à Mohammedia, indiquant que le chiffre d'affaires de la société atteint environ 2 milliards de dirhams, que le résultat net est compris entre 250 et 300 millions de dirhams.

Commentant le rapport de la Cour des comptes sur la société, Mohamed Abdeljalil a démenti les informations rapportées par certains journaux et sites électroniques, expliquant que le rapport de la cour des comptes n'évoque pas de ''malversations'' survenues au sein de la société, mais seulement ''des dysfonctionnements et des défaillances'', ajoutant que des programmes d'action ont été consacrés à leur traitement.

 En ce qui concerne la gestion des ressources humaines, il a souligné que la politique générale du groupe en la matière consiste à poursuivre le dialogue social avec les partenaires sociaux, les salariés, relevant que les ports gérés par Marsa Maroc n'ont pratiquement connu aucune grève, depuis 2006, hormis 4 heures de débrayage sur un des quais de Casablanca.

Marsa Maroc, qui a été créée en 2006, est une entreprise marocaine spécialisée dans l'exploitation de terminaux et quais portuaires. Dans les 9 ports où elle est présente, Marsa Maroc offre, notamment des services de manutention, de stockage et de logistique portuaire ainsi que des services aux navires. La société emploie 2043 employés, a réalisé, en 2013, un chiffre d'affaire atteignant 1939 millions de dirhams pour un volume global d'échanges évalué, en 2013, à 35,77 millions de tonnes (près de 49 pc des échanges intérieurs).

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir