Surestaries: Communiqué de presse du Ministère de l'équipement, du transport et de la logistique

Marine Marchande
Typography
11.11.2014Monsieur Aziz Rabbah, Ministre de l’Equipement, du Transport et de la logistique, a présidé, le mardi 4 novembre 2014, une importante réunion consacrée à la problématique des surestaries inhérentes aux échanges commerciaux par voie maritime. Lors de cette réunion à laquelle ont pris par toutes les entités concernées du Département, il a été procédé à l’examen d’un premier diagnostic des facteurs et causes à l’origine des surestaries et à l’identification des premiers chantiers et voies à entreprendre pour atténuer, voir éradiquer la problématique des surestaries.

Ouvrant la réunion sur la question des surestaries, Monsieur le Ministre a précisé que la question relative aux surestaries liées aux échanges du commerce extérieur constitue un domaine extrêmement compliqué et présente énormément d’enjeux d’ordre, financier, logistique et réglementaire, en raison notamment de : (i) la transversalité de cette question impliquant plusieurs parties composées à la fois des institutionnels publics et des opérateurs du commerce extérieurs, (ii) son impact sur la compétitivité des importations et des exportations et (ii) ses enjeux pour les finances publics notamment leurs composantes relatives aux devises.

Compte tenu des spécificités de ce sujet et de la diversité des acteurs impliqués, Monsieur le Ministre a souligné l’importance de la prise en charge de cette question dans le cadre d’une démarche de concertation et de dialogue avec l’ensemble des filières concernées et ce dans l’objectif de mettre en place une feuille de route permettant d’atténuer voir d’éradiquer le problème des surestiers qui plombe la compétitivité de nos échanges extérieurs.

les premiers éléments du diagnostic inhérent à la question des surestaries permettent de souligner d’ores et déjà que les surestaries sont la conséquence des retards enregistrés dans l’execution des opérations d’import et d’export et que ledit retard est généralement en décalage par rapport aux engagements contractuels entre l’importateur et l’armateur. Les surestaries sont de deux catégories :

  • (i)les surestaries navires qui découlent principalement des attentes des navires avant leur accostage et de leur séjour prolongé à quai. Ce temps perdu par les navires est la conséquence d’une multitude de facteurs liés à al programmation des escales, à la capacité de réception des importateurs et au rythme d’évacuation des marchandises des ports ;
  • (ii)Les surestaries conteneurs qui sont dues également aux retards enregistrés dans les mouvements des échanges des conteneurs entre opérateurs. Le problème majeur à ce niveau se situe dans la non-maîtrise des séjours des conteneurs en dehors de l’enceinte des ports.

En ce qui concerne les causes à l’origine des surestaries, les principaux facteurs suivants ont été mis en évidence. Il s’agit principalement des contraintes spécifiques aux importateurs; des exigences des contrôles en vigueur, de la problématique des conteneurs en souffrance; de l’organisation de campagnes d’importation de certaines denrées comme les céréales qui se traduit généralement par des arrivées massives de navires céréaliers entrainant inévitablement des attentes en rade, le phénomène de concentration des importateurs sur l’offre portuaire de Casablanca en dépit de l’existence d’autres installations spécialisées dans les autres ports du Royaume.

Suite au partage de ces premiers éléments de diagnostic, certains chantiers constituant des gisements pour l’amélioration de la situation actuelle ont été identifiés. Ils concernent entre autres, l’amélioration du système de programmation des navires, l’amélioration de la capacité de stockage des chargeurs, le renforcement des certaines superstructures portuaires pour l’amélioration du processus de traitement des navires notamment ceux transportant du GPL, l’allègement et la synchronisation des contrôles ainsi que l’accélération du rythme d’évacuation des marchandises des ports etc…

Suite à cette première mise au point, Monsieur le Ministre a précisé qu’il s’agit là d’un domaine qui a besoin d’être fortement régulé à travers la mise en place de règles et de standards dans la concertation totale entre les secteur public et privé afin de donner suffisamment de visibilité aux acteurs et de clarifier également leur responsabilité par rapport à cette question. La mise en place de ces aspects d’ordre procédural a- t-il ajouté pourrait être renforcé par un effort d’investissement en infrastructures et superstructures.

Au terme de cette réunion, Monsieur le Ministre, tout en demandant à l’ANP d’activer le lancement d’une étude sur le sujet, a invité toutes les entités présentes à la réunion d’approfondir le diagnostic sur les surestaries par filière (hydrocarbures, céréales, conteneurs etc…) et ce dans le cadre d’une commission restreinte. Les travaux de ladite commission serviront de plateforme pour déclencher tout un processus de concertation avec les différents acteurs concernés et ce dans le but d’arriver à une feuille de route engageante pour dépasser la problématique des surestaries.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet