Le Maroc renforce ses moyens de recherche océanographiques par un nouveau navire pour mieux protéger son espace maritime et ses ressources halieutiques

Science
Typography

Après avoir étendu sa souveraineté juridique sur l’ensemble de son territoire maritime qui avoisine plus d’un Million de KM2, le Maroc renforce ses moyens de recherche océanographiques pour mieux protéger son espace maritime et ses ressources halieutiques.

 

Ainsi, après avoir l’acquisition par la Marine Royale en 2018 d’un bâtiment hydro-océanographique multimissions (BHO2M) auprès de la France, une cérémonie de la pose de la quille d’un nouveau navire de recherche au profit de l'Institut national de recherche halieutique a été organisée, mardi dernier à Tamano au Japon, en présence d'une délégation marocaine présidée par la Secrétaire générale du département de la pêche maritime, Zaki Driouich.

Destiné à la recherche multidisciplinaire de l'écosystème marin et aux problématiques du changement climatique, ce navire de 49m pourra embarquer plus de 15 scientifiques en totale autonomie, avec une durée de 30 jours, indique un communiqué de l'INRH, ajoutant que son coût global s'élève à près de 623 millions de dirhams, financé à hauteur de 480 millions de dirhams par un prêt accordé par le gouvernement japonais.

Après plusieurs années d'études, le navire est entré dans sa phase de construction effective en novembre 2019, pour une mise à l'eau en juin 2020 et une livraison au Maroc début 2021, précise l'Institut.

Ce bâtiment est conçu pour réaliser des campagnes de prospection scientifique multidisciplinaire, dont des évaluations de stocks halieutiques, des mesures océanographiques et de l'environnement marin.

Il est également destiné à renforcer la capacité d'observation et de surveillance de l'état des écosystèmes marins, à mener des recherches aussi bien au niveau national que régional, et à contribuer aux efforts internationaux de recherche scientifique pour la lutte contre les effets du changement climatique sur les océans, poursuit le communiqué.

Il note que le Maroc a intégré, depuis plus d'une décennie, la durabilité au cœur de sa stratégie sectorielle de la pêche "Halieutis", à travers l'encouragement d'un changement de paradigme en matière de production, pour passer d'un mode quantitatif à un mode qualitatif.

Ainsi, les moyens considérables mis en œuvre depuis 2009 pour renforcer la recherche halieutique témoignent de la durabilité de la ressource halieutique en tant qu'axe majeur de la stratégie nationale de la pêche, qui contribue à la mise en œuvre de plans d'aménagement des pêcheries, le contrôle des navires de pêche par VMS (système de surveillance des navires) et par la traçabilité des captures, conclut le communiqué.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir