L'OMCL, un outil au service de l'intelligence logistique

Science
Typography

La logistique est devenue un élément central pour la création de valeur des industriels et des distributeurs.

Avoir le bon produit au bon moment, au bon endroit et au moindre coût est un impératif, au risque sinon de sortir du marché surtout dans ces moments difficiles où le monde entier connait une crise sanitaire sans précédent, avec notamment l’adoption par la quasi-totalité des États dans le monde des stratégies et des mesures restrictives et exceptionnelles ayant abouti dans la majorité des cas à des confinements généraux comme c’est le cas pour le Maroc.

Le concept de l’intelligence logistique au niveau des entreprises renvoi à une logistique contractuelle qui consiste à construire pour chaque client une offre dédiée avec des solutions adaptées à ses besoins.

C’est un concept qui désigne la capacité à élaborer une conception de l’ensemble des prestations, en recourant aux nouvelles technologies partout où elles permettent de gagner en temps et en coûts. Comme vous le savez, l’information est une condition clé pour une telle émergence au niveau de la maturité logistique des entreprises.

L’Observatoire Marocain de la Compétitivité Logistique vu son rôle stratégique dans l’orientation de l’action publique et privé dans le secteur logistique contribue dans le développement de cette intelligence logistique à travers le suivi d’un ensemble d’indicateurs et la veille stratégique sur la logistique au niveau national et international.

Avant de creuser davantage dans le concept de l’intelligence selon notre angle de vision, je me permets de vous présenter tout d’abord un ensemble d’indicateurs reflétant l’état de la logistique au Maroc avant la crise sanitaire actuelle causée par la pandémie COVID-19.

On commence par le coût intégral de la logistique pour le Maroc, cet indicateur permet de juger l’efficience ou non des actions menées dans le cadre de la stratégie logistique. L’objectif attendu consiste à réduire le poids des coûts logistiques du Maroc de 20% à 15% / PIB sur un horizon de 5 ans. Un objectif ambitieux qui va appuyer le développement économique de notre pays et ces répercussions vont être ressenti par la population. Ce coût logistique au cours de la période écoulée de 2010 à 2018 oscille dans la fourchette 19% et 20% enregistrant une part de 19,6% en 2018.

Concernant la contribution de la logistique dans la création de valeur qui est une résultante de la baisse des coûts logistiques, la valeur ajoutée globale générée, en combinant à la fois les opérations réalisées par les prestataires logistiques et leurs effets indirects d’une part, et les opérations logistiques réalisées in-house d’une autre part, s'élève à près de 50 milliards de dirhams, soit 5,15% de PIB du Maroc en 2018. Cette contribution également se situe entre 4,9% et 5,2% au cours de la période écoulée de 2010 à 2018.

Au niveau de l'emploi, la logistique en tant qu’activité transverse englobe environ 445 000 emplois, soit 4% de la population active occupée du Maroc.

Concernant le secteur de la logistique entant que branche d’activité, la contribution directe de ce secteur à la formation du PIB est estimée à 26 milliards de Dhs en 2018 soit 2,6% du PIB. En outre, la croissance annuelle moyenne en volume du secteur de la logistique sur la période 2010-2018 est estimée à 3,7%. Une croissance qui reste relativement similaire à la croissance de l’économie nationale sur la même période.

Enfin pour l’investissement, qui constitue un facteur important de la croissance, le secteur public (METLE + EEP) et les prestataires logistiques ont contribué d’environ 31 milliards de Dhs en 2018, soit 10.4% de la formation brut du capital fixe (FBCF), pour le développement de la logistique au Maroc.

Ces indicateurs montrent qu’il y a une marge importante de développement en prenant comme référence les mêmes indicateurs pour des pays les plus performants dans la logistique. Ce développement est tributaire d’une mutualisation des efforts de l’ensemble des intervenants de l’écosystème en développant une intelligence logistique microéconomique au niveau des entreprises et une intelligence logistique macroéconomique au niveau de l’action stratégique de l’Etat et du secteur Privé.

Je vous signale également que l’Observatoire Marocain de la Compétitivité Logistique (OMCL) et l’Agence Marocaine de Développement de la Logistique (AMDL) en partenariat avec la Commission Compétitivité Logistique et Énergétique de la CGEM mènent actuellement une enquête auprès des opérateurs logistiques pour appréhender de façon plus objective, les effets de la crise du Covid-19 sur le secteur de la logistique au Maroc dont les résultats seront dévoilés après avoir un seuil minimale de réponses au questionnaire établi à ce sujet. Un autre guide également est en cours de finalisation permettant aux opérateurs logistiques d’avoir une base de bonnes pratiques dans l’exercice de leurs fonctions logistiques.

L’intelligence dans la logistique

L’intelligence dans la logistique qui fait l’objet du Webinar organisé aujourd’hui devient de plus en plus une nécessité pour l’ensemble des acteurs pour pouvoir survivre dans un environnement concurrentiel, instable et imprévisible.

La crise sanitaire actuelle en est un exemple concret des changements imprévisibles qui peuvent impacté notre environnement sur tous les plans stratégique, économique, sociale,.... Selon notre conviction, l’intelligence logistique devra se manifester en la capacité des différents intervenants à s’adapter aux mutations futures ou qui sont en cours et qui pourraient causer un bouleversement de la chaine de valeur au niveau mondiale ou bien au niveau local tout en étant réactif et innovant face à ces changements ce que l’on peut résumer par le concept de la résilience.

Cela voudrait dire, qu’il faudrait d’abord se doter des outils d’aide à la décision afin de pouvoir anticiper et agir dans le contexte des crises par exemple. Ceci implique la mise en place d’une démarche de collecte d’informations d’ordre réglementaire, technologique, commercial et socioéconomique essentielles à la production des données et d’analyses d’ordre stratégique permettant de trouver des réponses pertinentes en temps opportun aux problématiques auxquelles nous sommes confrontés et d’appuyer la prise de décision que ce soit au niveau de l’Etat ou bien au niveau des opérateurs économiques.

Pour nous en tant qu’Observatoire dédié pour le secteur de la logistique, notre contribution pour appuyer la pratique de l’intelligence logistique dans notre environnement réside notamment dans les rôles nous ont été confié à savoir l’évaluation et suivi des performances logistiques au niveau national et dans ce rôle d’anticipation et de veille stratégique en faveur de notre secteur d’activité.

Sur le 1er volet, l’OMCL cible la production d’un ensemble d’indicateurs d’une manière progressive selon les capacités humaines, techniques et financières mises à sa disposition. Ces indicateurs auront par la suite communiqué d’une manière ciblée selon les catégories des acteurs de l’écosystème logistique national, on cite ici les opérateurs logistiques, les institutionnelles, les chercheurs, ...etc.

Sur le 2ème volet, l’OMCL à travers son rôle de veille stratégiques et d’anticipation pour le secteur de la logistique contribuera dans cette intelligence logistique à travers le développement de sa capacité d’apporter des réponses adaptées aux attentes de ses partenaires actuels et potentiels avec une meilleure compréhension de leurs attentes, réalités, particularités et exigences. Afin d’assurer ce rôle, la pratique de la veille stratégique au sein de l’OMCL touche huit types de veille :

  • Veille Opérationnelle : veille sur les filières opérationnelles de la logistique : logistique, transport, supply chain, ...
  • Veille marché : veille sur le marché domestique et les marchés internationaux, demande, offre, partenariats, ...
  • Veille concurrentielle : veille sur les concurrents internationaux notamment les régionaux
  • Veille économique : veille sur l’économie, le commerce international, les secteurs, donneurs d’ordre, ...
  • Veille acteurs : veille sur les mouvements d’acteurs
  • Veille réglementaire : veille sur les réglementations, normes, lois, ...
  • Veille technologique : Surveillance des évolutions technologiques et des tendances
  • Veille formation et emploi : veille sur la demande et de l’offre en emploi et en formation

Ces pratiques de veille que je viens de citer, nous permettront en tant qu’OMCL de développer une intelligence économique relative à notre activité qui permettrait d’orienter les décideurs vers les choix les plus optimaux possibles dans leurs politiques de développement et de planification.

Pour finaliser mon intervention sur ce sujet si important surtout dans les circonstances actuelles, l’intelligence logistique comme je l’ai défini au début, nécessite des prérequis nécessaires pour réussir cette émergence notamment en ce qui concerne la digitalisation des processus et l’accès aux nouvelles technologies.

Il faut surtout appuyer les projets de transformations digitales, d’innovation technologique et de système d’information décisionnelle pour mettre à niveau notre compétitivité logistique au niveau de l’entreprise et créer une sorte d’intelligence logistique à chaque étape de la Supply Chain.

Rachid TAHRI

Président de l'OMCL

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir