Célébrer les océans lors de la Journée mondiale des océans - un message du Secrétaire général de l'OMI, Kitack Lim

Science
Typography

À l'occasion de la Journée mondiale des océans, Kitack Lim, secrétaire général de l'Organisation maritime internationale (OMI), invite à célébrer la majesté, la beauté et la pure merveille de nos océans et des navires qui y font escale.

"Le 8 juin est la Journée mondiale des océans et le thème de cette année est "L'innovation pour un océan durable". L'objectif de cette journée est d'éduquer et d'informer sur le caractère vital des océans pour nous tous, sur l'impact des actions humaines sur l'océan, de contribuer à encourager un mouvement mondial de citoyens pour l'océan, et de mobiliser et d'unir la population mondiale pour soutenir la gestion durable des océans de la planète. C'est aussi une journée pour célébrer simplement ensemble la beauté, la richesse et la promesse des océans.

Alors, pourquoi les océans sont-ils si importants pour nous ? Ils sont, littéralement, les poumons de notre planète, fournissant la majeure partie de l'oxygène que nous respirons. Ils sont également une source majeure de nourriture et de médicaments et une partie essentielle de la biosphère.

Dans le monde, plus de trois milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour leur subsistance. Les océans sont la plus grande source de protéines au monde, près de la moitié de la population mondiale en dépend.

Les océans absorbent environ 30 % du dioxyde de carbone produit par l'homme, ce qui atténue les effets du réchauffement climatique.

Les océans soutiennent également les ressources et les industries marines et côtières du monde entier, pour une valeur estimée à 3 000 milliards de dollars par an, soit environ 5 % du PIB mondial. Nous sommes en effet liés à nos océans sous tous les aspects possibles. L'avenir des océans et notre avenir sont indissociables.

Ici, à l'OMI, notre mission principale est de garantir un transport maritime sûr, sécurisé et durable, en reconnaissant que le transport maritime lui-même est le vecteur du commerce mondial et qu'il est vital pour le développement durable.

La vision de l'OMI est d'éliminer, ou de réduire au strict minimum, tous les effets néfastes des navires sur l'environnement, y compris sur les océans. La Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (largement connue sous le nom de MARPOL) constitue le fondement de ces efforts, en établissant des règles et réglementations obligatoires couvrant la pollution des océans par le pétrole et d'autres substances nocives, y compris les produits chimiques, les eaux usées et les déchets. Elle contient également des mesures visant à lutter contre la pollution atmosphérique et les émissions des navires.

La convention MARPOL est soutenue par un large éventail d'autres mesures et projets de l'OMI visant à protéger les océans, à prévenir ou à réduire la pollution et à promouvoir la biodiversité. Au total, l'OMI a adopté plus de 20 instruments de traités internationaux qui protègent l'environnement, et notamment les océans.

Et nous avons mis au point des outils pour protéger encore davantage les parties les plus sensibles de nos océans. Grâce à la création de zones maritimes particulièrement sensibles, certaines des zones marines les plus importantes et les plus emblématiques du monde ont bénéficié d'une protection supplémentaire contre les activités de transport maritime, de la Grande Barrière de Corail aux îles Galapagos. Mais le travail et le mandat de l'OMI pour protéger nos océans est en fait beaucoup plus vaste que cela. Nous réglementons également la prévention de la pollution due au déversement de déchets en mer, le rejet des eaux de ballast des navires qui pourrait entraîner la propagation d'espèces envahissantes et nous nous penchons sur les options d'atténuation du changement climatique telles que le captage et le stockage du carbone et la géo-ingénierie marine.

Tout notre travail de protection de l'océan est ancré dans la ferme conviction que notre environnement marin et les industries basées sur l'océan sont intrinsèquement liés. Nous travaillons donc en étroite collaboration avec nos États membres de l'OMI, mais aussi avec toutes les autres agences des Nations unies dont les mandats couvrent des domaines liés aux océans, comme l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et bien d'autres encore.

L'année 2020 s'annonce comme une "super année pour les océans", avec la conclusion d'un nouveau traité visant à protéger la biodiversité en haute mer, et la deuxième conférence des Nations unies sur les océans pour faire avancer les travaux sur le SDG 14, pour n'en citer que quelques-uns. Bien que ces processus aient ralenti en raison de l'impact de la pandémie COVID-19, l'OMI reste attachée à son rôle important en tant que l'un des principaux acteurs de la gouvernance de nos océans.

Nous sommes également déterminés à poursuivre nos programmes de renforcement des capacités afin de veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte, en mettant l'accent sur les petits pays insulaires en développement. Cela est particulièrement important dans la perspective du soutien aux efforts de reconstitution des stocks après la COVID. La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de participer à plusieurs réunions de haut niveau sur les questions relatives aux océans, et j'ai été très encouragé par l'énergie et la détermination dont a fait preuve la communauté océanique.

Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée mondiale de l'océan, je vous invite donc à en apprendre davantage sur notre travail et nos initiatives pour protéger les océans en visitant notre site web ; et à vous joindre à nous pour célébrer la majesté, la beauté et la pure merveille de nos océans et des navires qui y font escale".

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir