Les autorités portuaires du monde signent une déclaration sur la perturbation, la numérisation et la décarbonisation lors de la 6e table ronde des autorités portuaires (PAR)

Science
Typography

Tanger Med a participé à la 6ème édition de la Table ronde des autorités portuaires (PAR).

Round table (PAR) aux côtés de 19 autorités portuaires de grands ports du monde entier tels que Busan, Shanghai, Singapour, Rotterdam, Anvers... ; afin de partager des idées et des bonnes pratiques et d'explorer des domaines de collaboration.

L'événement de table ronde virtuelle de deux jours s'est concentré sur le rôle des ports dans la chaîne d'approvisionnement mondiale et leur fonction de levier pour avoir un impact sur la transition énergétique, le changement climatique et l'évolution numérique.

Des discussions de haut niveau sur la disruption, la numérisation et la décarbonisation ont abouti à des points d'action concrets.

Perturbation

Les ports ont fait le point sur diverses initiatives liées aux défis posés par les incidents, les circonstances inattendues qu'ils provoquent et leur impact sur les opérations portuaires et les changements d'équipage. Les ports reconnaissent que l'échange d'expériences et de bonnes pratiques entre pairs a permis de surmonter l'impact de la pandémie. Sur la base de cette coopération orientée vers l'avenir, les ports ont convenu de poursuivre le développement du cadre de partage des incidents de la PAR (PAR-ISF) et d'introduire le modèle de cadre de partage des incidents de la PAR (PAR-ISFT), permettant aux ports de signaler sur une base volontaire, de manière systématique et active, les incidents survenant dans les opérations portuaires quotidiennes. Ce PAR-ISFT contribuera à l'établissement d'un échange ouvert d'enseignements et de meilleures pratiques entre les principaux ports.

En outre, les ports étudieront la mise en place d'un mécanisme permettant la consultation et le dialogue en cas d'incidents perturbateurs et de crises.

Les autorités portuaires ont également exprimé leur soutien au Fonds de résilience de l'Alliance tripartite de Singapour pour le transport maritime (SG-STAR), qui rassemble des partenaires internationaux de l'industrie, des syndicats et des gouvernements partageant les mêmes idées, afin de travailler avec les parties prenantes des nations maritimes sur des solutions pour des changements d'équipage sûrs.

Numérisation

Ayant constaté que le transport par conteneurs reste le moyen de transport le plus durable au monde pour le commerce mondial et l'augmentation attendue du transport par conteneurs, les ports ont reconnu la nécessité d'établir une plateforme mondiale et neutre, permettant une comparaison multimodale des itinéraires de conteneurs. C'est pourquoi une coalition de ports PAR a exprimé son intérêt pour l'exploration du potentiel de "Routescanner" en tant que plateforme transparente et neutre permettant d'examiner les options de transport de conteneurs et d'améliorer les chaînes d'approvisionnement mondiales durables et rentables.

Décarbonisation

À la lumière des ambitions mondiales exprimées publiquement d'atteindre la neutralité climatique au cours des trois prochaines décennies et de l'importance de la décarbonisation du transport maritime en particulier pour réaliser cette aspiration, des efforts annoncés par les principales parties prenantes du secteur maritime et de l'implication inhérente des ports dans cette entreprise, les ports de la Table ronde des autorités portuaires ont convenu d'explorer davantage le soutien à l'appel à l'action de la Coalition Getting to Zero COP 26 du Forum maritime mondial en vue de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique, COP 26, à Glasgow en novembre 2021. Cet appel à l'action vise à encourager les gouvernements à préparer les mesures nécessaires pour soutenir l'ambition mondiale de décarboniser le transport maritime international d'ici 2050, à soutenir les projets de transport maritime à émission zéro à l'échelle industrielle par le biais d'une action nationale et à mettre en place des mesures politiques qui rendront l'émission zéro viable d'ici 2030.