Edito : La leçon Française

Edito
Typography

altL’union fait la force, nos amis français l’ont bien compris et c’est tant mieux pour eux. Regroupé d’abord au sein d’un Cluster depuis 2006, les différents acteurs privés du secteur maritime français tiennent aujourd’hui leur salon, une vitrine pour promouvoir leur savoir faire industrielle et technologique. Le gouvernement Hollande qui a bien compris l’intérêt d’accompagner cette démarche, à mis en place un Ministère chargé de l’économie maritime.

Au Maroc, on ne peut pour l’instant rêver d’une telle ambition commune. Notre adage à nous, semble plus diviser pour régner. Ainsi, le secteur de la pêche maritime, fait chambre à part au niveau de la gouvernance et de la stratégie, du secteur du transport maritime, dont même le secteur portuaire, pourtant intiment liés entre eux, a fini aujourd’hui par s’en détacher.

Quand la construction des ports devient un objectif en soi et non plus un élément d’une chaine de valeurs plus intégrée et  productive de l’économie maritime, on comprend plus facilement la décadence dans laquelle s’est retrouvée notre industrie maritime aujourd’hui.

La France Nation Maritime par Excellence, n’a jamais fait de sa politique portuaire un élément fondateur de son industrie Maritime qui emploie pourtant aujourd’hui 310.000 personnes et réalise un Chiffre d’Affaires de 52 Milliards d’Euros.

Les situations des ports de Tanger Med I pour le trafic à conteneurs, et du port passagers de Tanger Med pour le trafic à passagers sont bien là pour nous le rappeler. Leur forte dépendance aux lignes maritimes fait d’eux, des coquilles vides. Que pourront faire nos autorités portuaires TMPA et ANP si jamais demain le trafic maritime du Royaume fléchit ou est détourné.

Heureusement, le tableau n’est pas aussi sombre et tout cela est encore rattrapable avec de la bonne volonté. L’Industrie Maritime Marocaine compte aujourd’hui des acteurs qui peuvent demain être le fer de lance de ce renouveau maritime.

Ainsi, dans la construction portuaire le Royaume peut compter sur l’expertise des Groupes Marocains comme la SGTM et SOMAGEC, dans le transport maritime de marchandises le Groupe IMTC, dans la Manutention portuaire Marsa Maroc, dans le dragage le Groupe DRAPOR, dans le pêche Hauturière le Groupe OMP, dans la réparation navale le Groupe CAM-ACAS,  dans la formation maritime le pole ISEM-IFP-ISPM.

Mais en plus de tout cela, le Maroc pourra compter sur des hommes et des femmes, qui ont fait de la mer un choix de vie à laquelle ils consacrent tout leur temps et leur énergie et sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes, pour leur pays.

En fin de compte, la meilleure leçon française qu’on a à apprendre, c’est celle d’un pays qui a fait depuis 1789, de l’Homme le moyen et la finalité de toute politique de développement.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet