REBBAH, détaille son plan d’action pour le Maritime et le Portuaire

Marine Marchande
Typography

Dans un entretien au quotidien Le Matin du Sahara et du Maghreb -15 avril 2013- le Ministre Aziz REBBAH, expose sa vision Maritime et Portuaire Extrait.   

Sur le maritime, il y a beaucoup de critiques, notamment en ce qui concerne le projet de loi, l’absence de pavillon marocain…

C’est un secteur malade, un secteur qui souffre et nous en sommes pleinement conscients. On a libéralisé sans accompagner le secteur, on a fait beaucoup d’études sans mettre en œuvre les différentes recommandations qui en ont émané.

Nous avons lancé la stratégie portuaire devant Sa Majesté le Roi, à Nador, pour assurer la présence du Maroc sur les deux côtes, atlantique et méditerranéenne. Il y aura la création de nouveaux ports, comme ceux de Nador, et bientôt celui de Safi, de Kénitra et de Dakhla, le développement ou requalification de ports en marina, par exemple, qui pourraient être des vecteurs de développement des villes. On a aussi lancé l’extension de certains ports comme celui de Tanger Med, de Casablanca et d’Agadir.

Nous voulons aussi développer tout ce qui est couplé au maritime, la construction et la maintenance, l’entretien naval et nous avons lancé la création d’un pôle de formation maritime et portuaire à l’Institut supérieur des études maritimes qui sera ouvert à l’international.

On veut aussi développer le transport maritime. C’est vrai que nous avions des bijoux publics et des bijoux privés qui ont été bradés. Nous vivons une situation critique, mais nous essayons de tout mettre en œuvre pour une reprise des compagnies du privé.

Nous avons lancé par appel d’offres pour une étude sur le pavillon national et le développement du transport maritime. Les lignes qui seront octroyées pour développer le transport vers l’Europe, le monde arabe, la Turquie et vers l’Afrique le seront à des compagnies nationales.

Le cabotage, c’est-à-dire le transport maritime entre les villes, sera développé au Maroc. Nous sommes sur cette dynamique.

Dans la nouvelle configuration des routes maritimes, la Chine, «le grand atelier du monde», est partout présente en Asie, en Europe, en Afrique, mais pas au Maroc...

Nombre de pays et de multinationales recherchent des relais et des points d’appui partout dans le monde. Nous avons commencé à négocier avec la Chine, qui est présente dans la gestion de beaucoup de ports.

Les Chinois font leur choix par rapport à la dynamique des routes maritimes mondiales et, dans ce sens, le Maroc, en tant que porte de l’Afrique, de l’Europe et du monde arabe, peut se positionner.

Lire l’intégralité de l’entretien : cliquez ici

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet