Un navire marchand de Maersk arraisonné par l'Iran pour des dettes (responsable)

Marine Marchande
Typography

Un navire marchand de la société danoise Maersk a été arraisonné mardi par la marine iranienne et dérouté vers le port de Bandar Abbas en raison d'impayés de sa compagnie, a affirmé un responsable iranien.

 

"L'ordre de confiscation du navire a été émis par un tribunal et est lié à la société Maersk", a déclaré à l'agence de presse iranienne Tasnim le responsable des affaires maritimes au sein de l'Organisation des ports iraniens, Hadi Haghshenas.

"De manière générale, si une compagnie maritime a des dettes et ne les paie pas, les propriétaires des biens transportés se tournent vers les autorités compétentes", a-t-il ajouté sans autre précision.

Battant pavillon des îles Marshall, le Maersk Tigris est exploité par la société Rickmers management, sous les couleurs du géant du transport maritime Maersk. Le bateau "n'appartient pas à Maersk et son équipage n'est pas employé par Maersk", a précisé un porte-parole du groupe danois.

Il a été détourné au niveau du détroit d'Ormuz à 09H00 GMT et aucun Américain ne se trouvait à bord du navire, a précisé pour sa part le Pentagone.

L'agence iranienne Fars, citant "une source informée", avait auparavant affirmé que le navire avait "un contentieux avec l'administration des ports iraniens qui a obtenu d'une cour de justice la confiscation" du bateau.

Le navire a été dirigé vers le port Shahid-Bahonar, qui fait partie du principal complexe portuaire iranien à Bandar Abbas, a précisé l'agence Tasnim.

Selon la télévision d'Etat, des marins originaires de Bulgarie, de Birmanie, de Roumanie et du Royaume-Uni composent l'équipage de 24 personnes du navire, sous les ordres d'un capitaine bulgare.

Au moins cinq navires iraniens ont demandé au Maersk Tigris de se diriger vers Larak, après avoir tiré des coups de semonce devant la proue, selon le Pentagone. Le navire a ensuite "obtempéré".

L'Iran arraisonne régulièrement des bateaux de pêche accusés de violer ses eaux territoriales. En 2013, la marine iranienne avait consigné pendant un mois un pétrolier indien qui avait, selon Téhéran, pollué les eaux du Golfe. Mais la presse indienne avait évoqué un possible acte de représailles après la décision de l'Inde de se tourner vers l'Irak pour lui fournir du pétrole.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet