M. Rabbah expose à Montréal la Stratégie portuaire du Maroc à l'horizon 2030

Marine Marchande
Typography

Montréal, 22 mars. 2016 (MAP)- Le ministre de l'Equipement, du Transport et de la Logistique, M. Aziz Rabbah a exposé, mardi à Montréal, la Stratégie portuaire du Maroc à l'horizon 2030, en présence d'un parterre de responsables gouvernementaux, d'hommes d'affaires et d'investisseurs québécois.
Intervenant dans le cadre de la 3ème édition de la Conférence Stratégie maritime du Québec, initiée cette année sous le thème "Innovation, investissements et développement régional", M. Rabbah a affirmé que la stratégie portuaire nationale vise à doter le Royaume de ports performants catalyseurs de la compétitivité de l'économie nationale, à même d'être des moteurs du développement régional du territoire et des acteurs incontournables dans le positionnement du Maroc comme plate-forme logistique du bassin méditerranéen.

Cette stratégie, a-t-il précisé, s'assigne pour principaux objectifs de soutenir les dynamiques économiques, de contribuer aux équilibres régionaux et favoriser le développement social et humain et de saisir une part du marché du commerce et du tourisme international maritime entre l'Europe, le Moyen-Orient, l'Asie et l'Afrique.

Dans ce sens, M. Rabbah a mis en exergue devant l'assistance les atouts du Maroc, notamment son positionnement géographique stratégique aux portes du marché européen et en tant que porte d'entrée idéale pour l'Afrique occidentale, ce qui fait du Royaume un "hub logistique naturel", outre son ouverture économique à travers les accords de libre-échange qui le lient à plusieurs pays représentant un marché de près de 1,5 milliard de consommateurs, des réseaux de télécommunications performants et une utilisation grandissante des NTIC dans le secteur.

Il a aussi tenu à souligner la prise de conscience unanime chez les politiques, les acteurs économiques et les investisseurs quant à l'importance de la logistique devenue très avancée et généralisée de plus en plus au sein des entreprises.

Mettant en relief le patrimoine portuaire et maritime dont jouit le Royaume (3.500 Km de côtes, 75.000 Km2 d'eaux territoriales et 1.200.000 Km2 de zone économique exclusive), le ministre a fait savoir que 95 pc des échanges extérieurs sont maritimes, ajoutant que le Maroc dispose de 38 ports (dont 13 ports ouverts au commerce extérieur), avec 110 millions de tonnes de trafic portuaire en 2015, dont 29 millions de tonnes en transbordement.

M. Rabbah a aussi signalé que le Maroc a été classé 16ème en 2014 en matière de connectivité maritime, et cité l'exemple du port Tanger-Med qui est connecté à 161 ports et 63 pays des cinq continents, tout en soutenant que cette connectivité permet au Maroc de se placer comme hub portuaire à la croisée des grandes lignes maritimes, contribuant ainsi à une distribution rapide et efficiente vers un marché large en Afrique et offrant des liaisons directes avec l'Amérique du nord à partir des ports de Tanger-Med et d'Agadir.

Evoquant les pôles portuaires, M. Rabbah a expliqué que le Maroc sera doté de six pôles: le Pôle du Nord-Ouest, le Pôle Kénitra-Casablanca, le Pôle Souss-Tensift, le Pôle du sud, le Pôle de l'Oriental et le Pôle Abda-Doukkala, qui ont chacun ses propres vocations, le but ultime étant de contribuer au développement socio-économique national et régional.

Le ministre a, par ailleurs, passé en revue les principaux axes de la Stratégie portuaire nationale 2030, particulièrement la construction de nouveaux ports (port Nador West Med, port de Kénitra Atlantique, nouveau port vraquier de Safi, port énergétique de Jorf Lasfar et le port de Dakhla Atlantique), les grandes extensions de certains ports existants (Mohammedia, Casablanca, Jorf Lasfar, Agadir et Tarfaya) et l'intégration des ports dans leur environnement urbain (Tanger-ville, Casablanca, Safi-ville et Kénitra-ville).

M. Rabbah a, en outre, indiqué que la mise en œuvre de cette stratégie nécessite la mobilisation durant les prochaines années d'une enveloppe budgétaire globale de 6 milliards de dollars, précisant que le financement provient du budget de l'Etat, des contributions des agences portuaires, des partenariats publics-publics et Etat-Région et des partenariats publics-privés (PPP).

Le ministre a aussi insisté sur les opportunités de développement maritime dans le Royaume, à travers la création de zones logistiques et industrielles adossées aux nouveaux ports de Nador West Med, de Kénitra Atlantique et de Dakhla Atlantique, le développement de l'industrie navale avec la mobilisation de 450 millions de dollars d'investissements en infrastructures à l'horizon 2030, et la valorisation du domaine public maritime, surtout que le Royaume regorge un important potentiel portuaire, balnéaire, touristique, de plaisance, aquacole, écologique, hydrique et des énergies marines.

M. Rabbah a saisi cette occasion pour plaider en faveur d'une coopération canado-marocaine plus renforcée, aussi bien entre les gouvernements des deux pays qu'entre leurs régions respectives, leurs villes ou leurs hommes et femmes d'affaires.

Il a, dans ce cadre, invité les hommes d'affaires et les entreprises québécois à tirer profit des atouts dont dispose le Maroc, notamment son positionnement géographique, ses infrastructures, sa grande connectivité et sa logistique et à saisir les opportunités d'investissements et le climat d'affaires alléchant qu'il offre pour venir s'y implanter à même d'en faire une plate-forme ou une base maritime de leurs activités commerciales à destination des marchés européen, africain et arabe, citant à cet égard l'exemple de la "success story" du géant "Bombardier".

En marge de cet événement, M. Rabbah a tenu plusieurs rencontres, notamment avec le ministre québécois délégué aux affaires maritimes, Jean D'Amour, les responsables d'"Air Canada", le président du Regroupement des jeunes Chambres du commerce du Québec, Moncef Derraji, les décideurs de l'Institut des Sciences de la Mer de Rimouski (ISMER), et avec le président de l'Institut international des PPP au Canada au cours de laquelle a été prise la décision d'organiser le prochain événement au Maroc en mai prochain.

Ces rencontres ont été également l'occasion pour M. Rabbah d'explorer les différentes possibilités de coopération entre le ministère et ces différentes institutions dans leurs domaines d'activité respectifs.

Par ailleurs, le ministre a eu d'autres rencontres avec des responsables d'institutions et entreprises québécoises opérant dans le domaine maritime (logistique, transport et technologies) qui ont affiché leur grand intérêt à se développer à l'international à partir du Maroc.

M. Rabbah a aussi rencontré des responsables de plusieurs ports, dont ceux de Montréal et de Québec, qui ont émis le souhait de coopérer et de tisser des partenariats avec les ports marocains.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet