Le Shipping pour les nuls - Achat d'un navire

Science
Typography

Il s’agit, avant tout, d’aider les banques à surmonter leur peur du shipping. Je veux aussi aider l’Administration de tutelle à mieux comprendre la logique du crédit maritime. Mon montage est certes ciblé, mais il s’inscrit dans une logique constructive qui apporte une réponse effective à la constitution d’une flotte à caractère stratégique permettant d’assurer en temps de crise la sécurité des approvisionnements de toute nature, des moyens de communications, des services et des travaux maritimes indispensables à la bonne marche des activités économiques du pays.

  1. En quelques lignes

Je décide d’acheter, trente millions de dollars, un vraquier de la catégorie Handymax[1] d’une capacité de 35 000 tonnes de port en lourd (tpl) pour l’acheminement combiné des céréales et des minerais, phosphates ou charbon.[2] Au Maroc, chacun de ces trois segments représente dix millions de tonnes par an. Cette répartition constitue le principal motif, en ce sens qu’elle autorise une exploitation durable du navire, d’autant plus qu’il est idéalement positionnable dans un commerce triangulaire. Cela suppose un équipage de marins hautement expérimentés et un personnel à terre qui maîtrise parfaitement le référentiel des métiers portuaires, notamment leurs enchevêtrements mutuels[3]. La capacité d’expertise est à la fois une richesse et un enjeu : c’est la première clé du shipping[4].

Il reste à cadrer la profitabilité du projet.

Les Charges d’un Handymax [ 11 000 dollars par jour ($/j) ] comportent deux postes : Coût d’exploitation (6 000 $/j)[5] et Coût de capital (5 000 $/j)[6]. Le taux d’affrètement étant égal à 15 000 $/j, j’obtiens la marge cherchée, soit 4 000 $/j. On doit constamment avoir à l’esprit l’équilibre entre la marge et le coût de capital : c’est la deuxième clé du shipping.

Pour le lecteur pressé, la leçon est terminée. Je lui conseille tout de même de ne jamais balancer ses propres fonds liquides dans l’acquisition d’un bateau de commerce : il faut toujours passer par un montage financier.

cliquez ici pour continuer la lecture.

 

 

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir