Un navire appartenant à la Syrie est interdit d'accès aux ports européens pour de nombreuses infractions

Science
Typography

L'organisation représentant les États du pavillon européens a pris la mesure inhabituelle d'interdire à un cargo de faire escale dans l'un de ses ports. Selon le protocole d'accord de Paris sur le contrôle par l'État du port, cette mesure était obligatoire car le navire avait été immobilisé trois fois au cours des 36 derniers mois.

Le dernier incident d'immobilisation a commencé le 9 mars lorsque le Jaohar Challenger est arrivé dans le port italien d'Oristano. Le navire de 5 300 tpl, qui opère comme porte-conteneurs principalement en Méditerranée, est, selon Equasis, géré par le groupe Jaohar, dont la propriété serait détenue par une famille syrienne. Le navire est enregistré au Togo et opère avec un équipage syrien.

L'équipe spécialisée dans le contrôle de l'État du port de l'autorité portuaire d'Oristano a effectué une inspection de contrôle à bord du navire pour vérifier les conditions de sécurité du navire, les conditions de vie et de travail de l'équipage et la protection de l'environnement marin contre la pollution.

Au total, les inspecteurs italiens ont relevé 17 problèmes non conformes aux codes internationaux, dont 14 ont justifié l'immobilisation du navire. Parmi les problèmes identifiés figuraient des problèmes liés aux alarmes, à l'équipement de la cargaison, à la documentation, à l'équipement de sécurité incendie et de sauvetage, aux contrôles de la pollution, ainsi que des problèmes structurels liés à l'appareil à gouverner. La propreté de la salle des machines et les conditions de travail de l'équipage ont également été jugées insuffisantes.

En plus de justifier une détention, les autorités ont jugé la nature des problèmes identifiés suffisamment grave pour ordonner des contrôles supplémentaires. Les inspecteurs travaillant pour l'État du pavillon ont ordonné une inspection supplémentaire du système de gestion de la sécurité avant que le navire ne puisse quitter le port.

Si le Jaohar Challenger a pu lever l'ordre d'immobilisation et quitter le port une semaine plus tard, le 16 mars, ce n'était pas son premier problème avec les inspecteurs de l'État du pavillon. En octobre 2020, le navire a été immobilisé pendant cinq jours à Marina di Carrara, en Italie, après que les inspecteurs ont constaté des problèmes au niveau de l'équipement de la cargaison, de l'équipement de sauvetage, des cartes et ont même signalé que certaines parties du système radio étaient inopérantes pour la réception d'informations sur la sécurité maritime. Le mois précédent, le navire a été immobilisé pendant un jour à Alicante, en Espagne, après que les inspecteurs ont relevé des problèmes liés à l'équipage, à la fourniture et à la qualité de la nourriture et aux installations sanitaires.

Avant ces trois immobilisations, le navire présentait une longue liste de déficiences répertoriées par les autorités dans des ports allant de l'Italie à l'Espagne, en passant par la Russie, la Roumanie, l'Algérie, la Tunisie, le Maroc et le Liban. Les détentions n'ont toutefois commencé qu'en 2020.

Après avoir quitté l'Italie, le Jaohar Challenger a navigué jusqu'en Algérie où il reste actuellement au mouillage. On pense qu'il naviguera vers la Turquie dans les prochains jours.

Selon le mémorandum d'entente de Paris, en vertu du règlement, le navire se verra refuser l'accès à tous les ports de l'organisation pendant trois mois, car il s'agit de sa troisième immobilisation sur une période de 36 mois. Le navire se verra refuser l'accès à tout port et mouillage de la région du mémorandum d'entente de Paris, à l'exception d'un port et d'un mouillage de l'État du pavillon du navire. Les seules exceptions sont les considérations de sécurité impérieuses, la réduction ou la minimisation du risque de pollution, ou la rectification des anomalies.

Alors que 32 navires avaient été immobilisés dans la région du mémorandum d'entente de Paris en janvier et 45 en février, l'interdiction totale est un fait inhabituel. L'interdiction précédente concernait un navire qui présentait également des anomalies graves et qui s'est attardé pendant six mois au mouillage en Bulgarie. Alors que le MdE de Paris a prononcé une interdiction en janvier 2021, les propriétaires du navire ont décidé dans ce cas d'envoyer le navire aux briseurs de grève en Turquie. En décembre 2020, l'organisation a interdit deux autres navires, les interdictions précédentes ayant eu lieu au printemps 2020.

Selon les autorités italiennes impliquées dans cette détention, leur objectif était de protéger la sécurité de la navigation et l'environnement marin et de prévenir les navires sous-normes qui ne respectent pas la réglementation.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir