Evergreen cherche à libérer la cargaison après la saisie de l'Ever Given par la SCA

Science
Typography

Selon des sources taïwanaises, Evergreen, l'affréteur du navire japonais Ever Given qui s'est échoué dans le canal de Suez le 23 mars, cherche à séparer les intérêts de la cargaison de ceux du propriétaire du navire, suite à la mise en fourrière du navire par un tribunal d'Ismaïlia.

Si la démarche d'Evergreen s'avère fructueuse, la cargaison pourrait être déchargée et livrée aux consignataires, selon la source.

Entre-temps, Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM) a qualifié de "décevante" la décision de l'autorité du canal de Suez (SCA) de saisir l'Ever Given.

L'Ever Given, battant pavillon panaméen et d'une capacité de 20 388 TEU, s'est échoué et a bloqué le canal à la fin du mois de mars, entraînant des retards pour environ 450 navires qui devaient transiter par la voie navigable. L'opération de dégagement du navire a duré six jours et a nécessité l'intervention de deux dragues et d'environ 13 remorqueurs.

"La décision de la SCA d'arrêter le navire est extrêmement décevante. Dès le départ, le BSM et l'équipage à bord ont pleinement coopéré avec toutes les autorités, y compris la SCA, et leurs enquêtes respectives sur l'échouement. Ils ont notamment donné accès à l'enregistreur des données du voyage (VDR) et à d'autres documents et données demandés par la SCA. L'objectif principal de BSM est une résolution rapide de cette affaire qui permettra au navire et à son équipage de quitter le canal de Suez", a déclaré Ian Beveridge, PDG de BSM, dans un communiqué.

Selon la presse britannique, le président et directeur général de la SCA, le lieutenant-général Osama Rabie, aurait déclaré à la télévision d'État égyptienne que "le navire est désormais officiellement mis en fourrière" et que les propriétaires, la société japonaise Shoei Kisen Kaiser, "ne veulent rien payer".

Selon les dernières informations en provenance d'Égypte, un tribunal d'Ismaïlia a mis le navire en fourrière, après que la SCA a présenté une demande d'environ 900 millions de dollars américains pour le coût de l'opération de sauvetage et les frais de transit perdus pour le blocage de six jours.

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.