L’exploitation d’une ligne de transport mixte entre le port de Tarfaya et un port des Iles Canaries.

Croisière
Typography

Le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau prolonge le délai de dépôt des candidatures à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’exploitation d’une ligne de transport mixte entre le port de Tarfaya et un port des Iles Canaries. La nouvelle date limite pour le dépôt des dossiers a été fixée au 27 avril prochain.

Cette liaison directe contribuera au développement économique et social des provinces du Sud du Royaume et fluidifiera davantage les flux de marchandises et de passagers. Elle va par ailleurs réduire la durée des transits par voie maritime entre le Maroc et les Iles Canaries. Celle-ci s’inscrit dans le cadre de la stratégie de renforcement de la connectivité des ports marocains et de l’accompagnement du grand chantier de la régionalisation avancée.

La durée de l’autorisation pour l’exploitation de cette nouvelle ligne est de cinq ans, et qui peut faire l’objet d’une tacite reconduction pour une période similaire. Tandis que les candidats doivent s’acquitter d’une caution provisoire au moment de dépôt de leurs dossiers et qui a été arrêtée à un million de dirhams. La reprise de cette ligne a été bien accueillie par les membres de la communauté marocaine établie dans l’archipel espagnol, surtout ceux originaires des provinces du Sud. Les ressortissants marocains trouvent beaucoup de difficultés pour se rendre au Maroc pendant les vacances d’été.

Les immigrés marocains qui veulent rentrer au pays à bord de leurs véhicules se trouvent parfois obligés de passer par Cadix, ce qui leur nécessite trois jours de traversée et beaucoup de dépenses, alors que le Maroc se trouve seulement à quelques kilomètres des Iles Canaries. Actuellement, les marchandises destinées à l’Europe à partir du Maroc, du Sénégal et de la Mauritanie ainsi que les autres pays du continent africain sont acheminées par route jusqu’au port de Tanger et ensuite à Algésiras, en Espagne, pour être distribuées dans des pays du continent européen.

Le projet prétend centraliser dans le port marocain de Tarfaya les marchandises qui partent depuis le nord du Maroc et celles qui proviennent du sud, pour les transborder jusqu’au port de Las Palmas, d’où elles seront embarquées à bord de navires de type ro-ro, envers les pays importateurs.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir