Forum économique mondial : Journée des transports de la course au zéro Dialogues

Marine Marchande
Typography

11 novembre 2020 Discours d'ouverture préenregistré Kitack Lim, Secrétaire général de l'OMI

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Aujourd'hui, les économies sont de plus en plus interdépendantes et les ressources naturelles sont soumises à une pression croissante.

La transition du secteur maritime vers un avenir plus durable n'a jamais été aussi importante, ni aussi opportune. Face à la pandémie COVID-19, nous devons forger une reprise durable, dans laquelle la lutte contre le changement climatique est primordiale.

L'OMI a adopté une première stratégie pour réduire les émissions de GES des navires. L'objectif spécifique est de réduire les émissions annuelles totales de GES d'au moins 50 % d'ici 2050 par rapport à 2008, ce qui représente une réduction significative de l'intensité en carbone de plus de 80 % pour les navires individuels.

Dans le même temps, l'OMI poursuit ses efforts pour éliminer progressivement les émissions de GES du transport maritime, dès que possible au cours de ce siècle.

Dans un premier temps, pour atteindre ces objectifs ambitieux, nous devrions adopter des mesures visant à réduire de manière significative l'intensité en carbone des navires.

Ces mesures favoriseront l'innovation et la conception en matière d'efficacité énergétique et constitueront également des éléments essentiels pour les futures mesures de réduction des émissions.

Mais nous devons aller plus loin.

Pour parvenir à un avenir sans carbone pour le transport maritime, nous aurons besoin de nouvelles technologies, de nouveaux carburants et d'innovation.

La décarbonisation ne sera possible qu'avec des investissements ciblés et des partenariats stratégiques, qui répondent également aux besoins des pays en développement.

Des travaux de recherche et de développement passionnants sont en cours sur les combustibles marins sans carbone - l'hydrogène ou l'ammoniac renouvelables par exemple - mais des mesures supplémentaires sont nécessaires pour accélérer ce processus, ce qui implique d'énormes investissements dans la R&D et les infrastructures.

Pour y parvenir, l'OMI redouble d'efforts pour jouer le rôle de forum mondial et de promoteur de la recherche et du développement dans le domaine des combustibles marins à faible teneur en carbone ou sans carbone, en réunissant les parties prenantes intéressées, des secteurs public et privé, des banques privées et de développement et d'autres donateurs.

Parallèlement, l'OMI va mettre en place des mécanismes innovants de réduction des émissions afin d'encourager l'adoption de carburants renouvelables de substitution.

Nous voulons nous assurer qu'aucun pays n'est laissé pour compte dans cette transition énergétique. L'OMI continue à montrer la voie avec un portefeuille de projets de coopération technique et de renforcement des capacités en constante expansion.

La stratégie de l'OMI en matière de GES a envoyé un signal clair : il est temps de commencer à développer les navires, les carburants et toutes les autres infrastructures nécessaires pour soutenir le transport maritime à zéro émission.

Le chemin vers un transport maritime sans émissions de carbone ne sera pas facile, mais j'espère que la série d'initiatives que j'ai soulignée --- montrera la voie.

Le commerce maritime est vital pour l'économie mondiale. Nous devons tous travailler ensemble pour permettre une reprise post-pandémique durable et pour garantir que le transport maritime ait un avenir véritablement durable et décarbonisé.

Je vous remercie.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir