Assurer la sécurité et la sûreté maritimes dans le Golfe de Guinée

Sécurité Maritime
Typography

Le secrétaire général de l'OMI, Kitack Lim, a salué les dernières initiatives visant à résoudre le grave problème de la piraterie et des vols à main armée dans le golfe de Guinée, notamment une réunion conjointe (28 mai) entre le gouvernement du Nigeria et des représentants d'organisations représentant les industries pétrolière et maritime.  

Dans une déclaration, le secrétaire général Lim a déclaré qu'il saluait les efforts de collaboration pour lutter contre la piraterie et les vols à main armée, qui "envoient un message fort et précieux à la communauté internationale en ce qui concerne les efforts considérables que le Nigeria déploie pour lutter contre la piraterie et les vols à main armée contre les navires dans le golfe de Guinée". Le secrétaire général Lim a récemment rencontré le Dr Bashir Yusuf Jamoh, directeur général de l'Agence nigériane d'administration et de sécurité maritimes (NIMASA), lors d'une réunion virtuelle. Il a déclaré : "Je tiens également à saluer les efforts déployés par l'industrie pour établir un dialogue ouvert avec les États côtiers et pour les travaux entrepris en vue d'élaborer les meilleures pratiques de gestion (BMP) pour l'Afrique occidentale, et je voudrais souligner l'importance de la pleine application des mesures et des procédures de notification qui y sont contenues".

NIMASA, la marine nigériane, l'industrie pétrolière (représentée par l'OCIMF) et l'industrie du transport maritime (représentée par ICS, BIMCO, INTERCARGO, INTERTANKO et l'association des armateurs nigérians) ont tenu leur première réunion le 28 mai pour discuter de la situation actuelle et de la manière de s'attaquer au problème de la piraterie dans l'est du golfe de Guinée et aux menaces quotidiennes auxquelles sont confrontés les marins.

Le nombre d'incidents qui ont été signalés dans le Golfe de Guinée (Afrique de l'Ouest) a diminué de 14 en 2019, passant de 81 incidents en 2018 à 67. Toutefois, le nombre d'incidents impliquant des membres d'équipage enlevés et disparus dans cette région est passé de 11 en 2018 à 20 en 2019, au cours desquels 151 membres d'équipage au total ont été signalés comme enlevés/manquants - le nombre le plus élevé jamais enregistré jusqu'à présent. Les données montrent que le nombre d'incidents se répartit presque également entre ceux qui se produisent dans les eaux internationales, les eaux territoriales et les zones portuaires de la région. L'OMI travaille avec les États membres pour développer leur capacité à prévenir et à contrer les menaces à la sécurité portuaire et maritime en améliorant la mise en œuvre des instruments et des orientations internationaux en matière de sécurité maritime.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet