Piraterie : quatre marins coréens et un philippin enlevés dans le Golfe de Guinée

Sécurité Maritime
Typography

Quatre marins coréens et un marin philippin ont été enlevés lors de l'attaque de leur bateau de pêche mardi dans le golfe de Guinée, a indiqué mercredi l'unité de police ghanéenne chargée du secteur maritime.

La piraterie est depuis longtemps un risque majeur dans le golfe de Guinée, une route commerciale qui longe la côte ouest-africaine du Sénégal à l'Angola.

Ce thonier, immatriculé au Ghana, a été attaqué mardi près des eaux territoriales du Bénin. Les pirates ont "enlevé quatre membres d'équipage coréens et un Philippin", a déclaré à l'AFP Felix Charles Asara, chef de l'unité de police.

Il a précisé que le navire a été retrouvé, avec plusieurs marins à bord, et que "des efforts sont en cours pour secourir les marins kidnappés".

Selon lui, la marine ghanéenne est en alerte car les pirates ont récemment intensifié leurs attaques et leurs enlèvements pour obtenir des rançons.

Il y a deux semaines, des pirates armés ont enlevé cinq autres marins, les retenant captifs pendant six heures, avant de les relâcher, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails sur cette attaque.

Principalement perpétrées par des pirates nigérians, les attaques de navires pour enlever leurs équipages et les échanger contre des rançons sont devenues très fréquentes ces dernières années dans le golfe de Guinée, qui s'étend sur 5 700 km de côtes en Afrique de l'Ouest.

En 2020, 130 des 135 enlèvements de marins enregistrés dans le monde, soit plus de 95 %, ont eu lieu dans cette zone, selon un récent rapport du Bureau maritime international.

Il y a deux semaines, une centaine de transporteurs et de sociétés du secteur maritime international ont signé une déclaration appelant à une coalition pour mettre fin à la piraterie dans le golfe de Guinée.

 

Ajouter un Commentaire
Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.