L’AMOMM réagit à l’appel d’offres sur le transport maritime à passagers de la Direction de la Marine Marchande

Croisière
Typography

Chers collègues

On se souvient qu’en réponse, à une question à la chambre des représentants concernant « l’avenir de la flotte marocaine du transport maritime », notre ministre, M. Aziz Rabbah a précisé, que l’appel d'offres va inclure tous les ports, qui peuvent être atteints par les navires marocains, y compris les nouveaux ports en Europe, en Afrique et aux Iles Canaries.

 

Accompagné par une politique qui prévoit, d'assurer les services du transport, de renforcer le volet de la formation, d'entretenir les navires et d'assurer la liaison avec de nouveaux ports.

Nous venons d’apprendre officiellement, que la Direction de la Marine Marchande vient de lancer un appel d’offres, pour la sélection de cinq nouvelles compagnies maritimes marocaines dans le transport à passagers.

Un appel d’offre qui vient à la fin du délai de grâce accordé par le tribunal de commerce à la compagnie Comarit fixé en principe pour le 27 Octobre 2013. De même d’une probable séparation de transport et de L’Equipement.

Cette nouvelle réflexion, qui vise à doter le royaume du Maroc de cinq grandes compagnies, avec un pavillon marocain, et équipages marocains pour chaque ligne de lot autorisé, pour une période de dix ans, et une marocanisation à 100% ne dépassant pas trois années.

D’après la première lecture de ce projet type, tous les marocains vont applaudir fortement cette initiative, visant à doter le Maroc, de grandes entreprises maritimes.

Chers Collègues,

Professionnellement parlant,

-Est-ce que les responsables qui ont élaboré cet appel d’offre, ont pris connaissance des statistiques des lignes de dessertes de cahier de charge ?

- Pour vendre un service ou un produit Marocain, les techniques de vente nous obligent, de voir celui de nos concurrents. Autrement dit, Est ce que nos concurrents sont présents, dans toutes les lignes ? Si non, Pourquoi ?

- Les nouvelles compagnies doivent armer leurs navires avec un équipage marocain. Ce n’est pas surprenant, car en comparaissant, les charges salariaux de nos concurrents à ceux des équipages marocains , nos officiers marocains qui sont aussi compétents que nos voisins européens sont moins payés que ceux des pays de main d’œuvre maritime basse ( philippins, Indiens etc. …..) et leurs salaires sont inferieurs à l’échelle salariale de l’ITF.

- Dans chaque pack, on trouve plus d’une ligne non rentable. Donc l’investisseur choisi se trouve par conséquent dés le démarrage pénalisé par des lignes non rentables, ce qui constitue un grand handicape pour honorer le cahier de charge.

-Si on comprend cet appel d’offre, par exemple la desserte Tanger Med /Algesiras et en respectant la répartition de navires entre l’Espagne et le Maroc (cinq navires opérants de coté Espagnol et cinq navires opérants de coté marocain), les espagnoles opèrent déjà avec Cinq navires, nous avons déjà deux navires opérationnels (RIF et ATLAS) donc il reste trois services c'est-à-dire trois navires. Du coté marocain. Nous aurons deux compagnies IMTC & la nouvelle Compagnie (au total cinq navires).

La nouvelle compagnie aura six navires au total, trois pour Algesiras et 3 autres pour la destination de Malaga, Gibraltar et Portimao.

-Pour la déserte Tanger ville /Tarifa, nous avons déjà deux compagnies FRS Maroc (plus de dix ans d’expérience dans ce trafic) et la nouvelle Compagnie Inter shipping, Les deux compagnies opèrent déjà à Tanger Med. Vu que le candidat ne peut soumissionner simultanément à plusieurs lots (clause de l’Appel d’offre), nous ne savons pas comment notre ministère va résoudre ce problème.

-l’hypothèse la plus probable, que les Compagnies marocaines déjà sur le terrain autres que IMTC, peuvent se grouper en une seule compagnie pour répondre à l’Appel d’offre Tanger Med/d’Algesiras.

Chers collègues,

Chers collègues de groupe Comarit-Comanav Ferry victimes d’une grande injustice, comme vous savez, nous n’avons pas cessé d’écrire et de relancer directement à notre Ministre Monsieur Aziz Rabbah avec copie conforme à notre chef du gouvernement Monsieur Benkirane. Nous remercions vivement notre Monsieur Aziz Rabbah d’avoir répondu à nos requêtes.

Néanmoins, nous regrettons de le trouver parfois mal informé. Pour vous informer que, le 26 Août 2013, nous avons reçu avec amertume une réponse signée par notre Ministre Aziz Rabbah par rapport à notre dernière requête. En revanche, nous avons immédiatement reposté avec une requête digne de la valeur de l’Officier Marocain.

- Chers collègues,

Chers collègues de groupe Comarit-Comanav Ferry, victimes d’une grande injustice

Aujourd`hui, nous sommes comme vous, surpris et bouche bé devant cet appel d’offre .Comme vous savez, l’avenir appartient à ceux qui ce lèvent tôt. Soyons optimistes. Pour cela, nous ne pouvons pas nous laisser aller au désespoir, il reste encore tant à faire.

Je profite de cette occasion, pour vous présenter les grandes lignes de la mission 1 de l’étude stratégique ALG.

Comme vous savez, nous avons assez de compétences et nous considérons que le recours à cette étude stratégique est une perte de temps, comme cela a été confirmé par un de nos collègues : « Pour moi, le pavillon national est une question stratégique avant tout. Nous n’avons pas besoin de personne pour nous le dire. Le fait de faire appel à des cabinets étrangers pour nous confirmer ce que nous savons déjà est une perte de temps »

Je me limite au :

Volet sociale et formation (Etude stratégique LG Mission I) :

-Le personnel à bord des navires marocains de commerce est de 2350, dont 1650 marins et 700 officiers.

- Actuellement, le taux de chômage des officiers issus de la marine marchande est élevé. La disparition des postes de travail pourrait impliquer la perte de 40 à 60 millions d’euros par an.

-le nombre des effectifs sur les navires du pavillon marocain excède de 25% les valeurs standards internationales

-Il serait souhaitable de renforcer l’ISEM en intégrant des disciplines et des degrés transversaux du secteur maritime (gestion des compagnies, formation concernant le secteur portuaire).

Compétitivité salariale du personnel naviguant marocain:

-Les marins et les officiers marocains sont en concurrence, à l’heure actuelle, avec les marins venant principalement des pays comme les philippines, l’Inde, l’Indonésie ou la chine, qui nourrissent une partie considérable des flottes mondiales.

-Les conditions de travail du personnel marocain sont réglées par les conventions collectives en vigueur .Si l’on analyse la compétitivité salariale du Maroc par rapport aux pays qui alimentent en personnel la flotte mondiale, on observe que les officiers ont des rémunérations similaires à celles des pays comme les philippines ou l’Inde et inferieures à l’échelle salariale de l’ITF. Cependant, une partie de surcout est due aux importantes charges sociales et fiscales supportées par les marins marocains.

-Le coût total annuel du personnel marocain est accru à cause du plus grand nombre de congés,15 jours dans le cas des officiers et 12 jours dans le cas des marins. Ce qui augmente finalement les coûts de 20% à 30% par rapport aux travailleurs d’autos pays (selon le standard collective agreement de 2012 d’ITF. Les marins auraient le droit à 7 jours de Congés)

-La compétitivité au niveau du personnel. Comparée à d’autres pavillons, se caractérise aussi par le manque de flexibilité dans le recrutement du personnel, qui favorise les contrats de durée indéterminée.

Recevez notre newsletter