Lutte contre la pollution marine: Exercice de simulation au large d’Agadir

Sécurité Maritime
Typography

Agadir – Les derniers préparatifs vont bon train à Agadir pour l’organisation, à partir de ce mardi et sur trois jours, d’un exercice de simulation de la lutte contre la pollution marine accidentelle par les hydrocarbures, intitulé «Simulex 2018».

D’importants moyens maritimes, terrestres et aériens sont mobilisés pour cette opération basée sur un scénario simulant une explosion d’une citerne à bord d’un pétrolier provoquant un déversement du fuel lourd de 6000 tonnes, sans provoquer de dégâts humains.

L’exercice s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions du Plan d’urgence national (PUN) relatif à la préparation et la lutte contre la pollution marine accidentelle. Elle est initiée par le Secrétariat d’Etat chargé du développement durable, en sa qualité de coordonnateur national, en collaboration avec les différents départements civils et militaires concernés.

Mardi au siège de la wilaya d’Agadir, une réunion des différentes parties prenantes a été tenue, en présence du Wali de la région Souss-Massa, Ahmed Hajji, qui assure le commandement local, pour présenter outre le PNU de préparation et de lutte contre la pollution marine accidentelle, le scénario de l’exercice ainsi que les prévisions météorologiques du jour J (mercredi).

Les opérations programmées dans ce cadre concernent les aspects relevant de l’assistance à un navire en difficulté et de lutte en mer et à terre contre une pollution par les hydrocarbures.

Selon les experts engagés dans cet exercice, le déversement d’hydrocarbures sera simulé par de la tourbe (matière organique biodégradable inoffensive), et les dispersants (produits chimiques utilisés pour le traitement de la pollution au large), seront simulés par de l’eau douce.

Dans le détail, la conduite des opérations de lutte en mer est placée sous la direction de la Marine Royale avec le soutien des moyens des Forces Royales Air et de la Gendarmerie Royale, tandis que la conduite des opérations de lutte à terre est sous la direction de la Protection Civile avec l’appui des départements concernés. Par ailleurs, les interventions au niveau du port d’Agadir sont assurées par l’Agence Nationale des Ports.

Participent également à cet exercice les représentants du secrétariat d’Etat chargé de la pêche maritime (Direction des pêches maritimes et l’Institut national de la recherche halieutique), le ministère de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau (la direction de la marine marchande et la direction des ports et du domaine public maritime), la direction de la Météorologie nationale, le ministère de l’économie et des finances, le ministère de la Justice et le département de l’Energie et des mines.

L’opération connaît, par ailleurs, la participation en tant qu’observateurs, des représentants des pays membres de l’initiative « 5+5 défense », dont la France, l’Espagne, le Portugal, Malte, l’Italie l’Algérie, la Tunisie, la Mauritanie et la Libye.

Le suivi et le contrôle de l’exercice sont assurés par un poste de Commandement national au siège du secrétariat d’Etat chargé du développement durable à Rabat, animé par le Coordonnateur national et un poste de Commandement local placé sous l’autorité du Wali de la région de Souss-Massa.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires publiés n'expriment pas la position de MaritimeNews.
Cher lecteur et lectrice, les commentaires sont libres, sans contrôle apriori, alors
soyez responsable, exprimez vous sans citer les noms des personnes ou des organismes en cas de critiques.


Code de sécurité
Rafraîchir