Safi : Quand la société civile milite pour la protection du patrimoine archéologique subaquatique

Science
Typography

Safi – Les récentes découvertes archéologiques réalisées au niveau de la région de Safi témoignent éloquemment et de manière palpable de l’existence dans cette partie du territoire national d’un patrimoine subaquatique indéniable à même de mettre la communauté des scientifiques et des archéologues sur les traces d’une richesse civilisationnelle si séculaire et ancestrale.

Ce patrimoine archéologique subaquatique si riche et si singulier a cette particularité de renseigner sur la place de choix qu’occupait la ville de Safi en tant que plaque tournante incontournable par le passé, du commerce notamment avec les pays européens. Une place longtemps consolidée par la position géographique qu’occupait cette cité Atlantique.

L’intérêt longtemps accordé à ces multiples richesses archéologiques et subaquatiques dont regorge le littoral de la cité de l’Océan a poussé une association locale rassemblant des plongeurs expérimentés et des enseignants de Biologie et de Droit maritime, à fédérer leurs efforts pour mener collectivement “le combat” en faveur de la protection et la valorisation du patrimoine subaquatique de la région.

Baptisée “L’Association Marocaine pour la Recherche et la Protection Archéologique sous-marine”, cette association a vu le jour en 2013 par des Safiots passionnés de la plonge sous-marine notamment ceux, qui vouent un amour sans limites pour leur ville et porte cette “forte détermination” à agir pour la protection de ses richesses archéologiques de son littoral.

En application de sa feuille de route, cette association se fixe pour mission aussi de valoriser ce patrimoine par l’exploration, la découverte mais également par son inventaire.

Les actions et l’engagement sans faille de cette association en faveur d’un tourisme écologique et responsable ont été couronnés en 2019 par l’obtention de l’un des prix décernés lors de la 3ème édition des “Trophées Lalla Hasnaa Littoral durable”, qui récompense les meilleures initiatives en faveur du littoral.

Lors de ce concours ayant suscité un grand intérêt et un engouement fort remarquable comme en témoigne le nombre des projets déposés, 130 au total, dont un tiers émanait des associations, cette association a eu le grand privilège d’être récompensée dans la Catégorie “Protection et valorisation du Patrimoine naturel” pour son projet baptisé “Circuit des trésors marins de l’Atlantique”.

Ce projet porte sur la création d’un circuit de randonnées sous-marines, la formation des guides maritimes dans le domaine de l’écotourisme, outre la réalisation d’ateliers de sensibilisation et de vulgarisation dans le domaine de la protection du patrimoine maritime (archéologique et naturel).

Dans une déclaration à la MAP, le président de cette association, Said Ait Baaziz, a indiqué que le plan d’action de l’Association marocaine pour la recherche et la protection archéologique sous-marine à Safi comporte plusieurs projets ambitieux, dont certains sont en cours de réalisation.

Il s’agit tout d’abord de créer un noyau de plongeurs-guides, qui expliqueront aux touristes les mystères de l’Atlantique au large de Safi mais aussi, de réaliser des plongées au profit de ceux qui veulent découvrir les vestiges des civilisations anciennes ayant existé à Safi, a-t-il expliqué.

Toute l’ambition de ladite association, a enchaîné M. Ait Baaziz, est de parvenir à l’élaboration d’un guide où, toutes les coordonnées et références des épaves et autres vestiges du passé au large de Safi, seraient identifiés et répertoriés de manière à faciliter la tâche devant les touristes et les archéologues en leur permettant une meilleure organisation des randonnées sous-marines.

Grand admirateur et passionné de la plonge sous-marine, M. Ait Baaziz, n’a pas manqué de souligner que la région de Safi ambitionne d’attirer davantage de plongeurs en provenance de différents coins du monde entier, ceux avides et curieux de découvrir de nombreux trésors qui gisent sous la mer au large de Safi.

Il a, dans ce sens, rappelé que l’association organise des stages de formation en plongée sous-marine au profit des étudiants d’archéologie, d’écologie et de droit maritime.

Dans le même sillage, il a estimé que les randonnées sous-marines organisées au profit des touristes, seront à même de stimuler l’économie locale et de donner un coup d’accélérateur à nombre de secteurs, tels que la restauration, le transport, la pêche et l’artisanat.

M. Ait Baaziz a, par la même occasion, attiré l’attention sur l’impératif de sauver les trésors sous-marins, lesquels ne cessent de faire l’objet de pillage, notant que la valorisation de ces richesses archéologiques et la promotion de leurs découvertes passent, indispensablement, par la conclusion de partenariats édifiants avec des associations nationales et internationales.

Dans ce cadre, l’association a signé une série de conventions avec le ministère de la culture, l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP) et la Faculté polydisciplinaire de Safi, alors qu’une convention de partenariat avec une Université de Louisiane est en cours de négociation.

Ladite Association compte à son actif plusieurs découvertes si précieuses et d’une grande portée scientifique qui seront inscrites en lettres d’or dans le patrimoine archéologique sous-marin au Maroc.

Il s’agit de la découverte d’une épave d’un navire militaire au large de Safi, celui du bateau à vapeur anglais “Baynyassa SS”, qui aurait échoué, en été 1918, au large de la plage de Sidi Toual (15 km au sud d’Agadir), la découverte des canons de la Sekkala de Safi, la découverte du lieu où, avait échoué le navire “Nicolas Paquet” au Cap Spartel au large de Tanger.

L’association a aussi découvert des grottes préhistoriques ainsi que des ossements humains fossilisés de Ain El Moucha dans la zone de Cap Beddouza (30 km de Safi) et les vestiges d’un navire de guerre vieux de plus de quatre siècles.

Actuellement, l’association a entamé les procédures légales pour effectuer des recherches archéologiques sur des vestiges remontant à la période phénicienne, romaine ou byzantine au nord de Safi entre Sidi Bouzid et Cap Beddouza.

Cette association qui estime que le littoral de Safi est doté d’un patrimoine archéologique riche en quête de valorisation, aspire pouvoir un jour faire bénéficier toute la région et les associations locales, des retombées économiques des visites touristiques et de la découverte “magique” d’un “trésor” archéologique subaquatique qui fait la fierté de tout le Maroc.

Recevez notre newsletter
Pas de connexion Internet