Le Sénégal et la Mauritanie signent un nouvel accord de pêche

Pêche
Typography

Saint Louis (Sénégal), 4 juil 2018 (AFP) -Deux ans et demi après la fin de leur dernier accord de pêche, Dakar et Nouakchott ont conclu cette semaine une nouvelle convention permettant aux pêcheurs sénégalais de travailler en Mauritanie, a-t-on appris mercredi auprès des autorités sénégalaises.

Le nouvel accord de pêche a été signé lundi soir à Nouakchott en marge du sommet de l'Union africaine (1er et 2 juillet) entre les ministres sénégalais et mauritanien de la Pêche, Oumar Guèye et Nani Ould Chrouga, a affirmé à l'AFP Mamadou Goudiaby, responsable de la pêche au ministère.

Avec ce nouvel accord d'une durée d'un an renouvelable, les pêcheurs sénégalais sont bénéficiaires de 400 licences pour capturer 50.000 tonnes de poissons pélagiques (en haute mer) avec 400 pirogues, a précisé M. Goudiaby.

Le débarquement des captures des pêcheurs sénégalais dans les eaux mauritaniennes se fera d'abord en territoire mauritanien pour permettre aux autorités locales de procéder à des contrôles avant leur acheminement au Sénégal, a indiqué M. Goudiaby.

Le Sénégal versera à la Mauritanie 15 euros pour chaque tonne de poisson pêchée, dont 10 euros dus par les pêcheurs et 5 euros par l'Etat du Sénégal, selon le nouvel accord.

Ce dernier a été conclu après la mort, le 29 janvier, d'un jeune pêcheur sénégalais tué par des garde-côtes mauritaniens dans leurs eaux territoriales.

Des manifestations avaient éclaté à Saint-Louis (nord du Sénégal), près de la frontière avec la Mauritanie, pour réclamer notamment des licences de pêche à Nouakchott.

Le précédent accord de pêche qui liait Dakar à Nouakchott n'avait pas été renouvelé depuis janvier 2016 en raison du refus de la partie sénégalaise d'observer l'obligation de débarquement des prises en Mauritanie, prévue par une nouvelle réglementation mauritanienne.

Les pêcheurs sénégalais sont confrontés à une raréfaction de la ressource halieutique dans leur pays due notamment à une surexploitation. Ils dépendent en partie des eaux poissonneuses de leur voisine, selon des professionnels de la pêche.

You might like also

La BERD et la FENIP pour une meilleure valorisation des produits de la mer
La Banque Européenne pour le Reconstruction et le Développement (BERD) et la Fédération Nationale des Industries de Transformation de la Pêche (FENIP) organiseront en partenariat avec l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) un meeting à Agadir, le jeudi 26 septembre, sous le thème « La valorisation et la transformation des produits …
38 Days ago
Pêche côtière et artisanale : hausse de 9% des débarquements à fin juillet
Les débarquements des produits de la pêche côtière et artisanale ont atteint 724.350 tonnes (T) au titre des sept premiers mois de cette année, en croissance de 9% par rapport à la même période un an auparavant, selon l’Office national des pêches (ONP). …
57 Days ago
13éme Session du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture à Agadir
L’ANDA poursuit sa mission d’accompagnement des projets aquacoles et d’appui aux investisseurs pour la concrétisation de leurs projets. …
68 Days ago
Gabon, Mort mystérieuse de poissons à Lambaréné : le gouvernement aphone, les populations dans la psychose
Libreville, 22 Juillet (AGP) – Alors que la mort subite de poissons dans les eaux de Lambaréné, la capitale provinciale du Moyen-Ogooué (Centre), cristallise l’attention depuis plusieurs jours, les populations déplorent le lourd silence des gouvernants dans ce dossier. Il s’agit pourtant d’un problème de santé publique, tout sauf banal.
90 Days ago
Recevez notre newsletter