L'Iran réclame un bateau singapourien pour avoir endommagé une plate-forme pétrolière

Sécurité Maritime
Typography

Le navire de commerce battant pavillon singapourien contre lequel des patrouilleurs iraniens ont tiré jeudi des coups de semonce est réclamé par l'Iran car il a endommagé une plateforme pétrolière causant des pertes de 300 millions de dollars, a affirmé vendredi un responsable iranien.

Selon des responsables américains, des patrouilleurs iraniens ont tiré jeudi des coups de semonce à l'adresse de l'Alpine Eternity dans une apparente tentative d'intercepter ce navire, qui se trouvait dans les eaux internationales du Golfe mais avait ensuite réussi à rejoindre les eaux territoriales des Emirats arabes unis.

Un responsable pétrolier iranien a assuré vendredi que l'Alpine Eternity était réclamé pour une collision avec une plateforme pétrolière iranienne le 22 mars.

"Nous demandons aux pays voisins de coopérer en confisquant et remettant ce bateau", a dit Habib Jadidi, directeur des opérations du gisement de South Pars, cité par l'agence Shana qui dépend du ministère iranien du Pétrole.

M. Jadidi a accusé le capitaine du bateau de "négligence" et réaffirmé que son pays voulait obtenir réparation des dommages causés lors de l'incident.

Des patrouilleurs des Emirats venus à la rescousse de l'Alpine Eternity l'ont escorté jusqu'au port de Jebel Ali à Dubaï, selon l'agence officielle émiratie.

Le 28 avril, des bateaux iraniens avaient arraisonné dans le détroit d'Ormuz un porte-conteneurs battant pavillon des îles Marshall, le Maersk Tigris.

Téhéran avait motivé la saisie par un litige commercial avec Maersk, le géant danois du transport maritime.

Le Maersk Tigris était resté bloqué une dizaine de jours dans un port iranien avant d'être autorisé à repartir.

Quelques jours auparavant, des patrouilleurs iraniens avait "harcelé" un autre porte-conteurs, le Maersk Kensington, battant pavillon américain, avant de le laisser partir, selon le Pentagone.

A la suite de ces incidents, le commandement militaire américain dans la région avait décidé de faire "accompagner" par la marine les navires commerciaux américains passant le détroit d'Ormuz. Ce dispositif avait été levé au bout de quelques jours.

L'Alpine Eternity est un navire-citerne de 180 mètres conçu pour transporter des produits pétroliers. Il figure dans la flotte de la société spécialisée Transpetrol, selon le site internet de cette société.

You might like also

Protection de la biodiversité: un traité majeur sur les eaux de ballast reçoit un élan important
Un important traité international, qui contribue à prévenir la propagation d'espèces aquatiques envahissantes par les eaux de ballast des navires, couvre maintenant plus de 90% du transport maritime dans le monde, à la suite de l'extension du traité, par la Chine, à la Région administrative spéciale de Hong Kong. Les …
3 Days ago
Le mauvais temps derrière un incident au terminal EST au port de Casablanca
11 Days ago
IMO issues COVID-19 guidance for personal protective equipment and for interactions between ship and shore-based personnel
Shipping is vital to the world supply chain. During the COVID-19 pandemic, it is crucial that all personnel involved are protected from infection, including those onboard ships and shore personnel who may need to temporarily go on ships or interact with seafarers. …
13 Days ago
Baleària To Be The World’s First Shipping Line With BV Certification For COVID-19 Safe Spaces
Baleària is working towards being the first shipping line in the world to obtain the Global Safe Site Covid-19 badge at the highest level (Excellence) from the international certification and inspection body Bureau Veritas, certifying that its ships and the ferry terminals that it manages implement specific procedures, cleaning plans, …
18 Days ago
Recevez notre newsletter