Le navire BNI ANSAR bon pour la casse

Croisière
Typography

Il semblerait bien que le seul sort qui soit réservé aux navires marocains saisis dans les ports européens soit leur déconstruction.  

Ainsi, après le navire Biladi c’est autour du Bni Ansar de se faire tailler en pièce dans les chantiers navals turcs.

Le navire avait été vendu aux enchères à Sète pour 380.000 euros, et avait été annoncé dans un premier temps comme hôtel flottant dans un port albanais.

Recevez notre newsletter