La situation et le patrimoine du Groupe COMARIT-COMANAV FERRY

Croisière
Typography

altAprès l’enclenchement de la procédure de mise en redressement judiciaire, c’est une nouvelle étape qui est mis en œuvre dans le processus de sauvetage éventuel du Groupe. Ainsi, après avoir tenté en vain pendant plus de sept mois de trouver une solution à la crise, les dirigeants et actionnaires des compagnies COMARIT et COMANAV FERRY ont été contraints de constater l’échec de leurs diverses tentatives.

L’incapacité du Groupe à redémarrer son activité avant le début de la campagne de transit des RME, qui aurait pu permettre de renflouer en partie les caisses du Groupe et permettre son redressement a fini par convaincre de la difficulté de la tâche.

L’entrée en service des nouvelles compagnies maritimes (GNV, InterShipping, Armas) et le renforcement de la flotte des autres compagnies opérants sur le Détroit (FRS Maroc, Acciona, Baléaria), même avec des autorisations provisoires, sembleraient avoir décidés le management du Groupe à essayer de se concentrer sur une solution à long terme.

Aujourd’hui, l’actif et le passif du Groupe compte principalement :

  • 11 navires immobilisés : Al Mansour, Marrakech, Marrakech Express, Mistral Express, Ibn Battouta, Boughaz, Banassa, Bni Ansar, Berkane, Biladi, Bissat, Boraq
  • 7 mois de retard dans le paiement des salaires et de cotisations sociales pour plus de 1800 salariés
  • 400 Millions de DHS de dettes fournisseurs
  • 1,2 Milliards de DHS de dettes Bancaires

Le Groupe fait face également à une autre menace, celle de se voir retirer par l’autorité compétente des autorisations d’exploitation des lignes dont il détient la jouissance, et cela  pour défaut du respect de l’engagement de performance souscrit dans le cahier des charges.

Recevez notre newsletter